05/02/2006

 

12:28 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

27/12/2005

 

Cher Père Noël  …..

 

 

Je t’ envoie ce petit mot pour te signaler qu’ici la situation devient critique ….

Nous n’ avons presque plus de champagne ( six caisses au maximum )  et le foie gras va bientôt manquer.

Bien sûr, le pâté de canard,  ce n’est pas mauvais avec un bon Bordeau supérieur, mais ce n’est quand même pas la même chose.

Surtout avant les huîtres.

Dieu merci, il nous reste deux boîtes de caviar, ce qui devrait suffire pour cette semaine.

Je pensais aller à Paris chercher quelques caisses de champ’ ,  mais la Ferrari ne veut plus démarrer.  Et comme j’ai prêté la Mercedes à un ami, nous sommes bloqués dans notre villa de Cannes.

Tu ne peux imaginer notre désarroi, et comme un fait exprès, la température de l’eau de notre piscine intérieure reste désespérément bloquée à 20 degrés.

Quand le sort s’ acharne ….

Tu comprendras que dans ces conditions nos enfants soient de mauvaise humeur.

Ce n’est pas très gai pour eux de passer toute la journée au club de tennis.

 

Je sais que tu as beaucoup de gens à visiter, mais si tu pouvais nous donner la priorité, ce serait sympa de ta part, parce qu’ ici, ça devient insupportable  ….

Essaie de faire vite, car si tout se passe bien, nous pourrons peut-être partir dans une dizaine de jours aux sports d’ hiver comme chaque année.

Sauf s’ il arrive encore  une tuile de dernière minute.

 

Je te laisse car je dois absolument  aller rendre visite à mon épouse qui a subi une lourde opération .

C’est son quatrième lifting depuis cinq ans, et tu ne peux imaginer ses souffrances.

Voir ma femme sur un lit d’ hôpital en cette période de fêtes me brise le cœur.

Quand je pense qu’il y a des gens qui osent se plaindre !!

 

Espérons que tout aille mieux en 2006 ……

 

 


11:26 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

24/12/2005

.

Aimez – vous sans modération !!

09:20 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

14/12/2005

 

Un gars que je connaissais vient de décider de tirer sa révérence à 40 printemps.Un choix définitif qui me rappelle des heures bien sombres quand d’autres êtres chers avaient posé le même acte radical.Il ne verra plus le soleil, lui qui a choisi de faire le grand plongeon.Il est parti sans un mot, sans bruit, sans explications…Ne savait-il donc pas que le meilleur est souvent à venir ? Qu’il aurait pu aimer encore ? Et rire et danser , et écouter cette musique qu’il aimait tant ?Putain de vie ….

11:01 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/11/2005

 

 Grâce à cette photo, pourrez-vous deviner la profession de cette homme ?

13:10 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

02/11/2005

 

  1 + 1 = 3

19:51 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

27/10/2005

 

  Mais où c'est que je vais mettre tout mon brol, moi ??

08:26 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

08/10/2005

 

 

Je me demande pourquoi D. n’a plus mis de post depuis si longtemps ?

Peut-être a-t-elle compris que les commentaires désobligeants de V. sur le blog de B . lui étaient adressés ?

A moins que R. ne soit revenu habiter chez eux après avoir eu une aventure avec M. ?

Toujours est-il que H. continue son blog débile consacré à O.

Une belle histoire que celle-là.  Ca me rappelle les amours de  J.  et  L. et les commentaires marrants de U. et de K.

De plus, je crois que L. connaît bien F. Ils ont dû se rencontrer chez A.

 

 

J ’ ai même vu une photo de Q. sur un site de X. 

 

C’est tout dire ...

 

 

 

 

 

 



16:18 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

22/09/2005

 :-(


A la demande générale, ( càd mes deux seuls  lecteurs assidus ...)  je vous livre la photo de Marie-Rose, qui comme vous pouvez le constater, porte bien son prénom .....

12:42 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

21/09/2005

..

J’ai cru remarquer que la poésie avait beaucoup de succès parmi les bloggeurs ( ses ) ....

 

Oserais-je alors enfin vous livrer ici le fruit de mon dur labeur ?

 

Un jour ma lumière s’est éteinte

Et ma porte ouvrait sur un avenir morose

Aujourd 'hui grâce à nos folles étreintes

Je revois enfin la vie en rose

 

Et quand mon corps d’amour pour toi s’ éreinte

C’est que sur moi tu te superposes

Mais il est temps que j’ arrête mes feintes

Je dois retourner cultiver ma cirrhose

 

Voudras-tu me payer une pinte

Si demain je t’ apporte six roses ?

Et si un jour tu déposes plainte

Je retourne vivre chez Marie-Rose

 

Avec elle point de complainte

Elle agit sur moi comme une hypnose

Ses lettres enflammées cachées sous les plinthes

A mon désarroi apportent une pause

 

Faut-il toujours que de noir se teinte

Le pauvre destin du Petit Chose ?

Et tant pis si ma poésie crée la crainte

Encore et toujours    :   J’ ose

 

 

Surprenant,  n’est-il pas ??

 

PS :  Si j’ai pas deux mille visites après ça, c’est à désespérer de tout ...  

         On n’a pas facile ....

 

 




16:33 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

19/09/2005

.

Un p' tit message après avoir vu le film-biographie de Ray Charles
 -  Salut Duke  ;-)  -
 
Quelle émotion de voir ce film sur la vie de ce génie ....   Mais faut-il garder son admiration pour un artiste dont on sait que les qualités humaines étaient loin de valoir celles de l' artiste .. ?
 
Je me le demande ....

12:57 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/09/2005

.



Rêve et réalité.

23:04 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

02/09/2005

.

Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir où personne ne part

Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer, même trop, même mal
Tenter, sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile

Telle est ma quête
Suivre l'étoile
Peu m'importent mes chances
Peu m'importe le temps
Ou ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans questions ni repos
Se damner
Pour l'or d'un mot d'amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon coeur serait tranquille
Et les villes s'éclabousseraient de bleu
Parce qu'un malheureux

Brûle encore, bien qu'ayant tout brûlé
Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s'en écarteler
Pour atteindre l'inaccessible étoile



12:16 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

25/08/2005

.

  Les traces de pas disparaissent sous le flux continu de la marée,  emportant le passé pour laisser un sable immaculé où d' autres viendront se promener.
 
Devant,  une surface lisse et vierge.
 
Marcher encore.
 
Deux empreintes viendront désormais se former sur notre passage.
 
Marcher avec toi.
 
Pour une promenade sans fin.
 
Marcher toujours.
 
 
 
 
 
 
 



00:29 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

19/08/2005

 

Le jour commence
Premier regard pour ma Belle
Superbe
Premier baiser de la journée
Premiers sourires
Souvenir d' une nuit passée dans ses bras
Envie d' autres réveils aussi doux
J' embrasse son cou
Nous nous serrons à étouffer
La journée sera magnifique
 

11:17 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

15/08/2005

 

 

Many rivers to cross
But I can't seem to find my way over
Wandering I am lost
As I travel along the white cliffs of Dover

Many rivers to cross
And it's only my will that keeps me alive
I've been licked, washed up for years
And I merely survive because of my pride

And this loneliness won't leave me alone
It's such a drag to be on your own
My woman left me and she didn't say why
Well I guess, I have to try

Many rivers to cross
But just where to begin, I'm playing for time
There are times I find myself thinking
Of committing some dreadful crime

I've got many rivers to cross
But I can't seem to find my way over
Wandering I am lost
As I travel along the white cliffs of Dover

Many rivers to cross
And it's only my will that keeps me alive
I've been licked, washed up for years
And I merely survive because of my pride

 

"Many rivers to cross"   by   Jimmy Cliff ....

 

 

 



22:35 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

11/08/2005

Nous

Elle est là.

Près de moi.

Avec moi.

Elle rit,  elle virevolte,  elle vit,  elle m’ aime.

 

Je la vois,  je la touche,  je la serre, je la sens,  je la ressens,  je l’ aime.

Je ris, je revis.

 

Nous nous aimons.

Beaucoup,  souvent.

Vite,  lentement.

 

Les enfants nous font rire,  nous énervent,  nous émeuvent,  nous rapprochent.

 

Il y a du soleil.

Du linge sur le fil.

Du linge dans les arbres.

On se baigne.

 

Nous roulons la nuit.

Phares de voitures, sommeil, musique, cigarettes, café.

Elle prend ma main.

Elle s’endort.

Sa tête sur mon épaule.

 

Les Champs-Elysées.

Trois heures du mat’

Lumières.

 

Merci la vie.

Merci ma Belle.

 

 

 

 


00:33 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

23/07/2005

Hep !

 
 
On a préféré vous envoyer la carte avant le départ ...

07:14 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/07/2005

Euhh ?

Qu ' est-ce qu' on mange ?

13:51 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

14/07/2005

 

C'était un jour d'été comme on en fait beaucoup,
Entre mer et garrigue au début du mois d'août,
Un air de chanson dans la tête
Et puis l'envie de voir si la mer était bonne :
Je roulais par hasard entre Nîmes et Narbonne.
Je me suis arrêté à Sète.

Poussé par les voitures ou porté par les vents
Dans cette cité-là, que l'on passe en suivant
N'importe quel itinéraire.
A peine a-t-on le temps de quitter les faubourgs,
- C'est là le résumé de la vie le plus court -
On se retrouve au cimetière.

Le calme anonymat qui réside en ce lieu
Est celui que l'on voit chez les morts de banlieue :
On chercherait l'extravagance.
Aussi libre qu'on ait vécu, décidément,
On est toujours guetté par un alignement,
Sauf de discrètes différences.

C'est un pin parasol qui n'aura pas éclos
Tant viennent les amis piétiner cet enclos.
J'ai peu d'espoir qu'il ne grandisse.
Ils continueront donc de rôtir au zénith,
Mais de tous leurs bouquets posés sur le granit,
Pas un ne m'a semblé factice.

Au milieu d'un essaim de touristes en chaleur,
J'ai vu s'épanouir une petite fleur
Qui semblait marcher comme on danse,
Avec deux seins de soie déguisés par un voile,
Et l'ombre de ta croix n'a pas bougé d'un poil.
Je me demande à quoi tu penses.

A quoi tu penses donc, laquelle as-tu choisie
Des ruses que les hommes ont trouvées jusqu'ici
Pour rendre la mort moins cruelle ?
Survie de l'âme ou fin de tout, quoi qu'il en soit,
C'est pas beau de mourir pour demeurer de bois
Aux larmes d'une demoiselle.

Comme elle avait vingt ans et qu'elle était jolie,
La laisser s'en aller n'eût pas été poli :
Les chagrins sont durs à cet âge.
On avait une sorte d'ami en commun.
C'était mieux qu'un début, je lui ai pris la main.
Nous voilà partis pour la plage.

Entre le bris des vagues, le son des soupirs,
Les sardanes funky qu'on entendait glapir
En modulation de fréquence
Et les cris des enfants qui s'ébattaient dans l'eau,
Quelque maître nageur sifflait un pédalo
Voguant vers l'horizon, vacances !

 

"La visite"

Maxime le Forestier



11:32 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

12/07/2005

:-))

-   Dis chéri ...  tu crois pas qu'on devrait partir ??
-   Laisse-moi ...  on a encore un peu de temps ....
-   On va être en retard ....
-   Pas grave ... c'est les vacances ...
-  Oh oui,  grand fou !!! 

22:33 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

:-)


 -  C 'est quand qu'on arrive ?   
 -  Je dois faire pipi !!!
 -  On mange quoi ??
 -  Andouille !  T'es encore perdu ...
 -  Du calme derrière, milliard de djûû
 -  J' ai trop chaud , pfffff
 -  Vais vomir ....
 -  T ' as rien oublié ?
 -  Accélére bordel ! 
 - T'as mis assez d' essence ?
 
   Moralité :  si vous partez pas c' t' année, remerciez le ciel ! 


22:15 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/07/2005

Magie

    Il y a des jours magiques dans la vie où tout ce que vous aimez semble réuni en un seul endroit, un seul moment...
Une joie indescriptible vous mord le ventre ;  vous quittez le temps pour passer dans la vraie dimension : celle où tout est simple et clair.
 
Vous avez quinze ans ,  vous riez , vous aimez , la musique vous apporte son supplément d' émotions, le soleil vous réchauffe et le spectacle du monde cosmopolite vous fait voyager ...
 
Elle vous regarde , vous embrasse, danse avec vous, cherche votre main sans cesse, se blotit contre vous et vous êtes le roi du monde !
L' expression " ma moitié" prend alors tout son sens ...   :  Sans elle,  la meilleur part de vous se perdrait.
 
Il est alors temps de se souvenir, d' imprimer ... au cas où la vie vous jouerait un de ses mauvais tours ...
 
Et puis la certitude que ces jours reviendront immanquablement, encore et encore.
 
 
Merci ma belle hispanique ...  La vie avec toi est magique !
 
 

22:59 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Ne vous déplaise ...



16:42 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/06/2005

1278746746




23:49 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/06/2005

Re-naissance


18:25 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

23/06/2005

1278746745



19:31 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/06/2005

J'ai fait un petit tour sur les blogs des "célibattantes",

J'ai fait un petit tour sur les blogs des "célibattantes",  histoire de prendre un peu la température .
Si j'ai bien tout pigé, voici le portrait-robot de l' homme-2005 .....
 
On fout rien
On pue
On passe une grande partie du w-e devant la console de jeux
On sort avec les copains pendant qu'elles bossent comme des malades
On regarde le foot avec une main sur la zapette, une autre dans le caleçon et une autre sur la porte du frigo.
On ne se préoccupe pas de votre plaisir
On s'endort 20 secondes après l' amour, ou même parfois 20 secondes avant.
On vous comprend pas
On regarde des films débiles
On n'achète jamais de fleurs.
On est tous des z' obsédés
On préfére laver la bagnole que d'aller au resto avec vous
On fait pipi dans l' évier le matin , ça va plus vite que d'aller au cabinet
On a un QI proche de la température anale du mollusque sur le brise-lames en hiver
On est plein-morts 4 jours sur 7
On cuve  les trois autres jours
On n'ose pas s'engager dans la relation
On est lourd
On est immature
On sait pas ranger
On sait ranger, mais on veut pas ranger
 
 
Au secours, ma Belle !!!
Dis-moi pas qu' c'est pas vrai .....  :-))
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


17:49 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

13/06/2005

He's back !!

Préparez vos agendas !!!
 
Perry Rose is back on the road ...
 
09/07   Bxl
27/8     Soignies
25/11   Charleroi ...
 
And the green bus rolls again ...

22:40 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Dans le dictionnaire ,  au mot "Solitude",  il est

Dans le dictionnaire ,  au mot "Solitude",  il est inscrit :
 
Nom féminin ( du latin solus, seul )
Etat d' une personne seule, retirée du monde ; isolement.
 
Quelle connerie ...

 
La solitude, c'est être loin de toi.
 
 



21:05 Écrit par Fred | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |